Med la foi en l’avenir

La foi en l’avenir nous fait vivre le présent.

 

phNP4
Nous commencerons cette courte méditation en lisant une salutation de l’apôtre Paul que nous trouvons dans l’Épître aux Ephésiens (chap. 6 : 23-24) : « Paix aux frères, amour et foi de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus Christ. Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus Christ d’un amour inaltérable. »

« Paix aux frères, amour et foi de la part de Dieu »

Apparaît dans ce texte le mot « foi« ! Comment entendre ce mot ?

« La foi, dit un psychanalyste (Juan-David Nasio), c’est la confiance absolue que je mets en l’avenir. C’est un espoir, une attente. C’est l’attente d’un accomplissement dont je serais le témoin. …cette foi, cet espoir, cette promesse est une force immense qui donne sens au présent. Je veux dire que si vous attendez, si vous avez la foi, vous avez aussi la fierté de vivre le moment présent, de savourer l’ici et maintenant de la vie. L’équation serait la suivante : ayez foi en l’avenir et vous aurez plaisir à vivre l’instant présent. Croire, c’est être habité par cette certitude qui permet de transcender les difficultés, les épreuves et les médiocrités du quotidien».

Avoir la Foi c’est être habité par une certitude qui permet d’aller au-delà des imperfections, au-delà des faiblesses et des pauvretés du quotidien ! Ainsi si la Foi nous projette dans l’Avenir avec un grand A, elle nous projette aussi dans nos avenirs avec des petits « a ». Les
avenirs de nos projets, des nos diverses activités, de nos divers engagements. Et c’est là quelle se développe et s’épanouit,.. Elle est toujours attente d’un meilleur, d’un plus,… Mais elle
est force aussi pour supporter le quotidien jamais parfait.

Un jour, un sculpteur, dont les œuvres valaient déjà de beaux prix, offrait à qui voulait la prendre la tête d’un personnage qu’il venait de faire jaillir d’un bloc de terre. « Elle ne ressemble pas au modèle, prétendait-il, je recommencerais plus tard et ferais mieux, ajoutait-il ». Ses mains n’avaient pas réussi à reproduire avec suffisamment de vérité la réalité. Tout un chacun s’interrogeait non pas sur la beauté de l’œuvre, dont le commun des mortels ne pouvait qu’admirer la finition, mais sur l’attitude de l’artiste. Pourquoi rejeter ce qui aux yeux de tous était une réussite ? Pourquoi se tourner vers l’avenir alors que le quotidien suffisait ? Mais cette artiste n’était-il pas habité par une foi, la foi en son art, en ses capacités, en ses dons ? Tourné vers l’avenir, il espérait ; et c’était, en lui, une force pour le présent, pour le lancer à la recherche d’un mieux encore.

Je ne sais si l’attitude de l’artiste était vraiment juste par rapport à son œuvre présente. Mais elle montre que si la Foi est une source d’espérance future, elle est tout le contraire d’un découragement pour le présent. Elle est un souffle de vie, une envie de vivre le présent au mieux pour un avenir meilleur. Et si le présent semble fade, la foi n’est pas un rêve que l’on fait, éveiller, pour supporter l’actualité. La foi est ce sel qui donne goût au présent.