Med 11 novembre

La paix : une construction commune

Introduction : un texte biblique

Nous voulons commencer cette courte réflexion en écoutant cette proposition de l’apôtre Paul que nous trouvons dans son épître aux Romains :
17 Ne rendez à personne le mal pour le mal ; ayez à cœur de faire le bien devant tous les hommes. 18 S’il est possible, pour autant que cela dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. Romains 12 : 17 – 18
Les commémorations du 11 novembre sont souvent l’occasion de parler d’une chose qui tient au cœur de chacun : à savoir la paix. Nous avons donc cherché dans le livre de référence pour notre foi, la Bible, un verset évoquant ce désir fondamental écrit au coeur de chacun. Parmi d’autres versets, nous avons voulu nous arrêter sur cette recommandation de l’apôtre : S’il est possible, pour autant que cela dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes.

Les aspirations de l’homme à la paix.

Je crois que tout un chacun ressent au plus profond de lui une aspiration à la paix. Et même si elle représente bien des choses différentes pour l’un et l’autre, elle est une aspiration commune. Elle coïncide avec le désir d’une vie humaine pleine, heureuse, accomplie, libre…
En disant cela, en pensant à la paix nous y associons bien d’autres notions. La paix ne va pas toute seule. La paix et la justice vont ensemble, dit un psaume. Mais on pourrait ajouter bien d’autres choses encore. Je reprendrais, pour donner un exemple, une pensée de Desmond Tutu qui présent bien cette idée d’association :
 » La paix implique forcément la vertu, la justice, la salubrité, la plénitude, la participation aux décisions, la bonté, le rire, la joie, la compassion, le partage et la réconciliation.  » Desmond Tutu

Oui, si chacun a sa liste de valeurs à ajouter, je pense que tous nous aspirons à vivre dans une société où la paix est garantie.
Elle permet l’épanouissement de chacun, sa sécurité, le droit d’avoir ses propres valeurs…
L’aspiration à la paix est, je le pense vraiment, gravée au fond de nos cœurs.
L’homme est fait pour la paix.

À partir de nos livres de référence, nous pouvons tous nous rejoindre sur ce thème.

Et ici, il me semble important de dire que bien des religions ont cette aspiration à la paix gravée dans leurs valeurs. Toutes les religions peut-être, en tout cas les trois grandes religions monothéistes, mais d’autres aussi appel à la paix entre les êtres humains. Et cela n’est pas réservé au religieux au sens strict, on sait aussi que nous sommes rejoints en cela par les philosophes de la laïcité. Les textes de référence de chacune des religions sont pleins de jalons pour mettre en œuvre cette aspiration. Que se soit la Thanak, la Bible, le Coran, les Védas et autres grands textes religieux ou philosophiques, ils contiennent bien des appels à bâtir ce monde de paix auquel chacun aspire et sans lequel on ne peut d’ailleurs réellement vivre sa philosophie ou religion en toute liberté. On pourra bien rétorquer qu’il y a dans ces différents textes de référence bien des passages, des versets… qui vont dans un autre sens. C’est parfois une critique adressée aux religieux.
Aujourd’hui, nous savons le regard critique que nous devons avoir en lisant nos textes religieux. Nous avons le devoir de lire ces textes de façon humaniste, avec l’humain au cœur, le bien de chaque être humain en perspective. Avec cette lecture, ces textes sont alors des porteurs de paix.

La fin de la Première Guerre mondiale a été marquée par cette aspiration.

Il est intéressant de remarquer que la fin de la Première Guerre mondiale a été marquée par cette aspiration à la paix. En lisant des travaux d’historiens sur les temps qui ont marqué la fin de la Première Guerre, et les instants juste après : ils disent combien les populations des différents pays y aspiraient : combien cette aspiration était présente dans les discours (les prédications des Églises en particulier) bien plus peut-être qu’à la fin d’autres conflits. Face aux souffrances trop grandes, tout le monde aspirait alors à la paix. Mais on sait que cela n’a pas duré.

Mais l’être humain est paradoxal : il dit paix, mais il vit la guerre.

Sans cesse, l’humanité ne vit pas en paix. L’homme y aspire, l’homme est fait pour elle et pourtant il n’y parvient pas ! Peut-être, d’ailleurs, que si les textes religieux de référence parlent tant de guerre, de violence et de souffrance liées à ses conflits c’est parce que cela est omniprésent dans le monde. L’aspiration à la paix y domine, mais la réalité est autre.
Nos médias relaient sans cesse les nouvelles de guerres, de conflits, d’actes de violence commis parfois aux noms d’idéologies obscures et déshumanisantes. Ces nouvelles concernent souvent des contrées lointaines pour nous qui avons la chance de vivre en Europe de l’Ouest aujourd’hui. Des nouvelles de guerre parfois oubliées et qui resurgissent à certains moments : de cruautés exacerbées, ou d’éclaircie, ou de période plus propice aux sentiments plus nobles de l’humanité comme la période de Noël…
Mais sommes-nous vraiment à l’abri ici et aujourd’hui ? Nous pouvons lire régulièrement les mises en garde d’hommes politiques, philosophes et autre qui disent combien, si nous n’y prenons garde, une guerre n’est pas impossible chez nous aussi.

Alors peut-être une question surgit à notre esprit : faut-il nous résoudre dans une sorte de réalisme cynique : nous aspirons à la paix, mais nous y sommes incapables : vivons avec cette réalité. Pour reprendre une citation d’un homme écrivain oublié maintenant :  » Tous les peuples sont pour la paix, aucun gouvernement ne l’est.  » Paul Léautaud. Ce n’est pas une attaque contre les gouvernements, mais cette phrase montre bien la réalité de notre monde. Aspirant à la paix il prépare la guerre.

Si la paix est une aspiration commune alors il nous faut la construire ensemble en y croyant.

La paix semble impossible alors ? Nous faut-il toujours préparer la guerre ?..
Je crois, personnellement, mais peut-être est-ce pure utopie, que tout au contraire il nous faut être des bâtisseurs de paix pour un monde meilleurs. Chacun en cherchant dans ses textes fondamentaux… chacun y puisera la voie pour que tous ensemble nous puissions la mieux bâtir et la consolider sans cesse.

Nous sommes peut-être un peu comme les marins du livre de Jonas, qui dans un bateau aux prises avec la tempête appelait chacun son Dieu.
Je reprendrais volontiers cette pensée d’Éléonor Roosvelt :
 » La paix mondiale ne peut être le travail d’un seul homme, d’un seul parti, ou d’une seule nation [j’ajouterai que la paix ne peut-être le travail d’une seule religion]. Cette paix doit reposer sur la volonté commune du monde entier. « Eleanor Roosevelt

 » Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l’esprit de chacun.  » John Fitzgerald Kennedy

Alors on peut et, me semble-t-il doit se poser la question : que faire pour concrétiser cette paix ? En nos vies d’abord ? Et ensemble ensuite ?

Et je voudrais ici reprendre quelques pensées qui nous montrent combien la paix est possible à notre niveau. Quelle n’est pas le fait de grands organismes internationaux aussi noble soient-ils d’abord. Mais de geste quotidien de tout un chacun. Pour ce faire, je pense que nous pouvons nous inspirer de personnes qui par leur courage, ou leur pensée ou leur influence on fait entendre la voie de la paix en notre monde. Je ne prendrais que quelques pensées toutes simples. Pour ne pas faire de la paix un appel grandiloquent que l’on oublie tout de suite. Pour mettre en avant que la paix peut se construire par chacun dès aujourd’hui (si l’on ne s’y est déjà mis). Car elle est affaire de petites choses aussi que l’on peut pratiquer.

Mère Thérésa plus simplement dit :  » La paix commence par un sourire.  » Mère Teresa

Et je commencerai par une pensée de Martin Luther King dont on célèbre cette année les 50 ans de sa mort, on sait quelle porteuse de paix il a été : « Il est tout simplement impossible d’obtenir la paix dans le monde sans respect mutuel. » Voilà peut-être une première piste.

Nous pouvons aussi sortir du monde religieux pour «  Si tout le monde exigeait la paix et pas une nouvelle télé, la paix s’installerait.  » John Lennon

 » Chacun a la responsabilité de faire croître la Paix en lui afin que la paix devienne générale. » Dalaï-Lama

Que cela inspire nos vies. Comme cela l’esprit de la paix peut grandir en nous et un monde meilleurs surgir grâce à nous.

Je terminerai par cette autre pensée de MLK :

« L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine seul l’amour le peut. »